Imprimer

Référentiels historiques d'action

AFG Autisme s’appuie sur différents types de références issues de la psychologie cognitive, comportementale et développementale.

L’association utilise majoritairement les approches éducatives et les méthodes de communication augmentatives validées au plan international et reconnues pour leur efficacité.

Le programme Teacch.

Acronyme anglais (Treatment and Education of Autistic and related Communication handicapped Children, en français Traitement et éducation des enfants autistes ou atteints de troubles associés de la communication) qui désigne un programme d’intervention globale fondé sur l’observation initiale des compétences de la personne, l’utilisation de ses intérêts et de ses motivations naturelles afin de lui permettre de développer ses capacités de communication, d’interactions sociales et d’adaptation à l’environnement. Il est caractérisé par l’implication des parents ou d’un proche quand cela est possible, l’utilisation des capacités émergentes comme premier objectif d’enseignement du programme individualisé de la personne, et un environnement d’apprentissage structuré.

En pratique, les interventions auprès des personnes avec autisme comprennent : une prise en compte des attentes de la personne (et de sa famille), le choix d’objectifs (court terme, long terme), une durée suffisante d’exposition aux activités d’échange et d’éducation, la généralisation des compétences acquises et la vérification des progrès de la personne.

La méthode de communication pecs.

Le PECS : Picture Exchange Communication System est un système de communication par échange d’images développé aux Etats-Unis par le Docteur Andy BONDY et Lori FROST en 1985. Programme initial de formation du langage, il se fonde sur la méthode Pyramidale, qui sert à enseigner rapidement des facilités de communication aux personnes ayant des capacités de communication orale réduites ou absentes. Il prend en compte les besoins de la personne et évolue vers un système de communication alternatif augmenté. L’objectif est d’enseigner aux personnes autistes comment initier spontanément une interaction.

En pratique on apprend aux personnes à choisir une image qui représente une activité, une personne ou un objet désiré. On leur apprend à présenter l’image au partenaire de communication et à obtenir le résultat souhaité. La personne dispose d’un classeur de communication avec des images qui lui servent à s’exprimer. Ce système se généralise par le biais de l’utilisation du classeur dans tous ses lieux de vie.

 

De nouveaux supports nous permettent d’optimiser cet outil grâce aux tablettes numériques en lieu et place du classeur et donnent à ces principes de communication un effet exponentiel en facilitant en même temps l’individualisation de l’outil de communication. AFG Autisme a commencé à introduire ces tablettes numériques et toute une variété d’applications en 2014, notamment  du fait de partenariats et du mécénat de grands acteurs privés nationaux.

La méthode ABA

La structure pourra utiliser certains aspects de l’approche ABA - Applied Behavior Analysis – (Analyse Appliquée du comportement) adaptés à l’accompagnement des adultes. Cette méthode, utilisée à ce jour essentiellement pour les enfants, comporte des outils qui peuvent également être intéressants pour les adultes et notamment l’analyse des comportements :

En général, on agit sur un comportement lorsqu’il présente un danger pour la personne ou pour les autres (se sauver dans la rue, mordre…), lorsqu’il peut mener à l’exclusion (cris…) ou lorsqu’il est un frein pour l’apprentissage (se lever sans cesse…). L’analyse fonctionnelle permet d’observer le contexte de survenu du comportement : 

Il s’agit d’identifier les causes déclenchantes, voire les conséquences, et si besoin d’agir dessus, soit en les supprimant, soit en les aménageant, pour que la personne s’habitue progressivement et y associe des approches mieux adaptées. On donne alors si nécessaire la possibilité à la personne d’arriver au même but par un autre moyen en présentant un comportement approprié et en le renforçant.

De façon générale, les réponses et comportements de la personne sont évalués suivant des critères et objectifs fixés à l’avance. On réalise ainsi des grilles permettant de mettre en évidence les progrès de la personne, d’ajuster les programmes en fonction de ses résultats, de ses préférences, de ses capacités, de modifier la procédure en fonction de ses réponses et réactions.

Lors des apprentissages, il est primordial de tenir compte de la motivation et des intérêts de la personne pour qu’elle prenne plaisir à apprendre et à découvrir ce qui l’entoure. C’est le moteur même de sa réussite et de ses progrès.

Les progrès, les encouragements constants, les félicitations vont donner à la personne une image valorisante et structurante d’elle-même ce qui contribue encore à favoriser son développement et son envie d’apprendre. Avec ou sans handicap, nul n’apprend sans envie, nul n’apprend sans motivation.