top of page

Comité de réflexion éthique d'AFG AUTISME : rencontre avec Adelaïde de LASTIC

Dernière mise à jour : 11 juin


Un comité de réflexion éthique animé par Adélaïde De Lastic est en place au sein d'AFG Autisme depuis le début de l'année 2024. Ce comité garantit le droit des familles et des professionnels à saisir une instance qui cherche à apporter un éclairage à des situations complexes, qui posent question, et qui plongent les professionnels dans l’incertitude.


Rencontre avec Adelaïde de Lastic, docteure en philosophie, animatrice du comité de réflexion éthique D'AFG Autisme.



Pouvez-vous vous présenter ?


« Malgré » un parcours académique rigoureux, achevé par ma soutenance de thèse en 2014 à l’ENS dirigée par Gloria Origgi, j’ai toujours travaillé dans et avec les organisations, y compris pendant ma thèse réalisée en contrat Cifre (contrat de salarié-doctorant) où j’étais chargée de mission RSE-diversité à l’UDES (Union des employeurs de l’ESS). Ce qui m’a très tôt passionnée dans la philosophie, et en particulier dans l’éthique, c’est qu’elle invite à une manière de vivre. C’est une pratique. Pendant mes études de philosophie, j’ai développé une expertise et un intérêt plus poussé pour les organisations de travail. Elles ont un fort pouvoir d’action et d’impact tant sur le plan individuel que sur l’écosystème sociétal. Elles évoluent en permanence ce qui en fait un objet d’étude complexe et dynamique.

Mon travail a consisté et consiste à faire de la recherche et du conseil en éthique des organisations. Cela implique de nombreux sujets allant de la qualité de vie au travail, aux questions d’inclusion, en passant par les problématiques de valeurs ou celles de l’environnement. Ce qu’apporte l’approche éthique et philosophique à ces sujets, c’est une prise de recul, appuyée sur des connaissances, pour mieux comprendre et traiter les problèmes.


en quoi consiste le comité de réflexion éthique animé au sein d’AFG Autisme ? 


Le Comité de réflexion éthique d’AFG Autisme a été créé en novembre 2023. Il est composé d’une dizaine de membres qui représentent la diversité des postes/compétences de l’AFG (éducateur spécialisé, psychologue, médecin, juriste, RH, direction d’établissement, etc), mais aussi les usagers, via des membres qui sont des familles d’usagers. Il est prévu un renouvellement annuel de trois sièges sur une dizaine. En tant qu’éthicienne, extérieure à l’institution, mon rôle est d’animer le Comité afin de le faire monter en compétences tant sur les aspects éthiques que sur la conduite d’un questionnement, d’une discussion collégiale et la production d’un avis éclairé.

Ce comité de réflexion éthique garantit le droit des familles et des professionnels à saisir une instance qui peut éclairer des situations complexes, qui posent question, qui sortent des cadres offerts par les process/procédures quotidiennes ou se situent dans un flou réglementaire et/ou liées aux évolutions sociétales (sociales, environnementales et technologiques) qui plongent les professionnels dans l’incertitude.


Ses missions sont les suivantes :

  • Améliorer la qualité de vie, d’accueil, de travail, d’accompagnement ;

  • Établir un référentiel de bientraitance des usagers et des professionnels ;

  • Prendre du recul sur des pratiques, y compris en l’absence de problème ou de dysfonctionnement ;

  • Garantir la cohérence des pratiques ;

  • Aider/soutenir les choix de gouvernance d’AFG Autisme ;

  • Se rendre visible en communiquant régulièrement sur son existence pour montrer comment il encourage la réflexion éthique.


Le comité de réflexion éthique est consultatif, il émet un avis sur la question posée, consultable et partagé à l’ensemble de l’association à l’issue des comités. Il n’est pas prescriptif.


Quel est l’intérêt pour une association, et plus précisément pour AFG Autisme, de mettre en place ce type d’espace ?


Le Comité de réflexion éthique répond aux attentes des parties prenantes d'AFG Autisme (usager, familles, professionnels, autorité de santé). Au minimum : il s’agit de répondre aux attentes réglementaires. La loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé demande qu’une réflexion sur les questions éthiques posées par l'accueil et la prise en charge médicale soit menée[1]. De même, l’agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ANESM) recommande qu’une réflexion éthique soit conduite dans les structures.

Mais au-delà de ces attentes réglementaires, réfléchir collégialement sur des situations complexes est pour AFG Autisme un moyen d’améliorer à la fois la qualité des accompagnements délivrés – et donc de l’expérience usager, et le bien être des professionnels, le bien-vivre au travail.

Les Troubles du Spectre Autistique (TSA) présentent des spécificités qui recouvrent des enjeux éthiques propres : 

  • l’enjeu d’accessibilité des dispositifs, le respect du droit ;

  • l’enjeu d’altérité (communication/relation) ;

  • l’enjeu réglementaire (connaissance, sens, adhésion).



Pour les professionnels, le Comité est un lieu de ressource par rapport à la prise en charge et à l’accompagnement des personnes. Il offre un soutien au travail, une reconnaissance des difficultés rencontrées. Par le questionnement vivant et nourri qu’il permet et les recommandations qu’il propose, il améliore les pratiques, prévient les risques professionnels et rend plus attractives les structures pour les usagers comme pour les salariés.

 

[1] Avant le dernier alinéa de l'article L. 6111-1 du code de la santé publique, il est inséré un alinéa ainsi rédigé : « Ils mènent, en leur sein, une réflexion sur les questions éthiques posées par l'accueil et la prise en charge médicale. »


Retrouvez ci-dessous le 1er avis du comité de réflexion éthique :


AFG - CRE - Avis n1_VF
.pdf
Télécharger PDF • 646KB

Pour saisir le comité de réflexion éthique, vous pouvez contacter l'adresse mail suivante : ethique@afg-autisme.com.





Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page